• Jérusalem, suite 02/09/15

    L'église du Saint sépulcre

     Jérusalem 02/09/15 Jérusalem 02/09/15

    Lieu le plus célèbre de Jérusalem, l’Eglise du Saint sépulcre recouvre le Golgotha, colline sur laquelle Jésus fut crucifié et abrite le tombeau où il fut enterré.

    Et ils le mènent au lieu-dit Golgotha, ce qui signifie lieu du crâne. Ils voulurent lui donner du vin mêlé de myrrhe, mais il n'en prit pas. Ils le crucifient, et ils partagent ses vêtements en les tirants au sort pour savoir ce que chacun prendrait. Il était neuf heures quand ils le crucifièrent. L'inscription portant le motif de sa condamnation était ainsi libellée : Le roi des Juifs. Avec lui, ils crucifient deux bandits, l'un à sa droite, l'autre à sa gauche (et fut accomplie l'Ecriture qui dit : et il fut compté au nombre des malfaiteurs). Les passants l'insultaient hochant la tête et disant : Hé ! toi qui détruis le sanctuaire et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même en descendant de la croix. De même, les grands prêtres, avec les scribes, se moquaient entre eux : Il en a sauvé d'autres, il ne peut pas se sauver lui-même ! Le Messie, le roi d'Israël, qu'il descende maintenant de la croix, pour que nous voyions et nous croyions ! Ceux qui étaient crucifiés avec lui l'injuriaient aussi (Marc. 15, 21-32).

    A midi, il y eut des ténèbres sur toute la terre jusqu'à trois heures. Et à trois heures, Jésus cria d'une voix forte : Eloï, Eloï, lama sabaqthani ? Ce qui signifie : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? Certains de ceux qui étaient là disaient, en l'entendant : Voilà qu'il appelle Elie ! Quelqu'un courut, emplit une éponge de vinaigre, et, la fixant au bout d'un roseau, il lui présenta à boire en disant : Attendez, voyons si Elie va venir le descendre de là. Mais poussant un grand cri, Jésus expira (Marc. 15, 33-37).

     

    Jérusalem 02/09/15 Jérusalem 02/09/15

    Avant que les foules n’envahissent les lieux saints de Jérusalem, nous nous rendons à l’aube pour célébrer la messe à l’intérieur du Saint sépulcre. Notre groupe tient tout juste à l’intérieur de ce qui fut le tombeau du Christ, et après avoir revécu les différents moments de la passion du Christ ces deux derniers jours à travers Jérusalem, nous commémorons sa crucifixion et célébrons ce matin sa résurrection.

    « Pourquoi cherchez vous le Vivant parmi les morts ? Il n'est pas ici ; mais il est ressuscité. » (Luc 24)

    Au sein même du lieu où il fut enterré, il nous appel à le chercher ailleurs. Bien plus qu’à l’intérieur de tombeau, il est avant tout au cœur de notre vie. Dans le mystère de la résurrection, au plus profond de nos ténèbres, il nous invite à alors à regarder vers la lumière.

     

    Jérusalem 02/09/15  Jérusalem 02/09/15

    Jérusalem 02/09/15 Jérusalem 02/09/15

    De toute évidence, face à ces murs de marbre, ces artifices commémoratifs, cet ostentatoire trop plein de dorures, de peintures et de fanfreluches, ces foules de pèlerins qui utilisent le cadre comme toile de fond pour se faire tirer le portrait il est bien difficile aujourd’hui d’imaginer la présence du Christ. Mais voilà, ce fut ici, sur ce rocher. Alors il peut être important parfois de venir à la source pour comprendre, et pour certains le rite représente un chemin vers le Christ. Un peu surpris, voir sceptiques, nous observons sans juger les pratiques de chacun.

     

    Jérusalem 02/09/15  

    D’autre part, nous découvrons avec étonnement à quel point la cohabitation entre les différentes religions pourtant sœurs au sein même de ce lieux sacré est fragile. Chacun son petit coin arraché comme une parcelle de terre convoitée, chacun son créneaux horaire pour célébrer, ont défend sa part, on se regarde du coin de l’œil, on se défie.

     

    Chemin de croix

    Après l’écoute de la parole au cœur du désert, la découverte des différents lieux où Jésus a enseigné, guéri, prié et souffert, et la messe dans le saint sépulcre, nous le suivons une dernière fois sur la via dolorosa « route des souffrances », lors du chemin de croix. Nous rejoignons les franciscains et un troupeau de touriste pour tous ensemble prier sur les différentes étapes.

    - 1e station : Jésus est condamné à mort

    - 2e station : Jésus est chargé de sa croix

    - 3e station : Jésus tombe sous le bois de la croix

    - 4e station : Jésus rencontre sa Mère

    - 5e station : Simon le Cyrénéen aide Jésus à porter sa croix

    - 6e station : Véronique essuie la face de Jésus

    - 7e station : Jésus tombe pour la seconde fois

    - 8e station : Jésus console les filles de Jérusalem

    - 9e station : Jésus tombe pour la 3e fois

    - 10e station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

    - 11e station : Jésus est attaché à la croix

    - 12e station : Jésus meurt sur la croix

    - 13e station : Jésus est descendu de la croix et remis à sa mère

    - 14e station : Jésus est mis dans le sépulcre

     

    Jérusalem 02/09/15 Jérusalem 02/09/15

    Prier est un bien grand mot ! Noyés dans la foule, alpaguée par les vendeurs de souvenirs, nous suivons le troupeau dans une ambiance qui ressemble plus à celle d’une sortie touristique qu’à celle d’un chemin de croix. Plus tard nous rencontrerons Frère Stéphane qui nous offrira alors de voir ce côté superficiel, ostentatoire, artificiel, et dénué de tout sens spirituel d’une autre façon. Lorsque Jésus enseignait ou priait, lorsqu’il avait traversé Jérusalem, l’agitation environnante était certainement semblable. Il ne tient qu’à nous de voir dans l’effervescence des rues le symbole de la vie qui bouillonne, et dans les rites nous paraissant parfois exagérés de nos frères leur façon même de prier avec leur cœur. A nous de voir dans la différence la richesse de la diversité avant même de juger.

     

    Le Mur des lamentations

    Le Mur des lamentations

    Jérusalem 02/09/15   Jérusalem 02/09/15

    Aussi connu sous le nom de mur occidental, il est le seul vestige du second temple de Jérusalem et   représente un lieu des plus sacrés et vénérés du Judaïsme. Il est dit que toute prière inscrite sur un papier et insérée dans ce mur sera exaucée.

     

    Jérusalem 02/09/15 Jérusalem 02/09/15

    D’autre part, il soutient l'esplanade sur laquelle se trouve le dôme du Rocher, haut lieu de pèlerinage pour les musulmans. Une telle proximité, voir imbrication rend ce lieu vulnérable et le transforme souvent en véritable arène, théâtre d’affrontements. En ce moment, l’accès à l’esplanade est d’ailleurs barricadé par mesures de prévention.

    Après avoir passé à la fouille des sacs et au check post, nous accédons à ce fameux mur. Un mur ! Des pierres immenses forment ses fondations puis s’amenuise, imbriquée, alignées avec soin. Des touffes vertes, gerbes de nature lui donnent vie et l’installent dans le temps.

     

    Jérusalem 02/09/15 Jérusalem 02/09/15

    A son pied, des centaines de personnes se balance d’avant en arrière, récitant leur prière et donnant de loin l’impression de se taper la tête contre le mur. Amortir, peut-être est-ce là l’utilité de ce chapeau à fourrure que portent les hommes même sous 35 degrés !

     

    Jérusalem 02/09/15 Jérusalem 02/09/15 

    En ce soir de l’entrée en Shabbat, les Juifs sont sur leur trente et un, et dans une ambiance générale d’euphorie, nous pouvons apercevoir quelques groupes danser et chanter, malgré notre arrivée tardive.

     

    Le Shabbat

    Élément fondamental de la religion Juive, le Shabbat correspond au samedi, septième jour de la semaine et commence le vendredi soir après le coucher du soleil.

    «Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite, et Il s’abstint au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. Et Dieu bénit le septième jour, et Il le sanctifia car en ce jour, Il s’abstint de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant.» (la Genèse 2 :2-3 )

    Jour de repos, il est considéré comme un jour libéré de tout travail et de toutes contingences matérielles, un jour durant lequel toutes les activités extérieures doivent être réduites pour se concentrer sur sa famille, son foyer et ses valeurs.

    Jour de fête, il convient de le préparer à l’avance: faire le ménage, dresser une belle table, préparer un bon repas à l’avance, soigner sa tenue vestimentaire, sa coupe de cheveux…

    Le jour même, la prière occupe une place centrale ainsi que les repas pris en famille et toutes les activités procurant de la joie et du plaisir. D’autre part, toutes sortes d’interdits et leurs dérivés parfois surprenants protègent les pratiquants de tout risque d’effectuer un quelconque travail, comme par exemple :

    - Produire un feu, et du coup allumer tout appareil électrique, appeler l’ascenseur, réaliser le code d’entrée de son immeuble !

    - Faire du rangement et trier le bon du mauvais…du coup ôter le noyau d’un fruit, les arrêtes d’un poisson…

    - Évidemment cuisiner, saler, débarrasser la table, faire la vaisselle, faire son lit, plier des vêtements...

    - Utiliser des moyens de transport

    - Il est même interdit de penser ou planifier ce qu’on fera durant la semaine suivante...

     

    Jérusalem 02/09/15 Jérusalem 02/09/15

    Jérusalem 02/09/15 Jérusalem 02/09/15 

    Alors que je me ballade dans le quartier Juif en cette fin de Shabbat, je me retrouve prise dans le flot des Juifs qui se bouscule pour se rendre au mur des lamentations pour la sortie du Shabbat. Le soleil est couché, les interdits sont levés. Au-dessus de la barrière nous observons alors avec curiosité et une pointe d’amusement des scènes semblant sortie d’un film. Avec un peu de chance Rabbi Jacob ne doit pas être loin !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :